Ramsay Santé
Clinique Saint-Victor

Exposition "Diaphanes", du 3 décembre 2019 au 7 janvier 2020

Article le

Une exposition photos "Diaphanes" se tient du 3 décembre 2019 au 7 janvier 2020 dans le hall d’accueil de la Clinique de Saint-Victor.

Exposition "Diaphanes", du 3 décembre 2019 au 7 janvier 2020

© Philippe Hervouet

Pendant plusieurs mois, Philippe Hervouet, photographe, a proposé aux patients d’hospitalisation de jour de la clinique de Saint-Victor-sur-Loire, établissement du groupe Ramsay Santé, des ateliers d’art-thérapie autour de la photographie. Le résultat de ces échanges fructueux est l’occasion d’offrir aux yeux de tous une exposition photos "Diaphanes" qui se tient du 3 décembre 2019 au 7 janvier 2020 dans le hall d’accueil de la clinique.

Vernissage mardi 3 décembre 2019 à 15h30

Par groupe de 10 personnes, chacun a pu découvrir comment apprivoiser la lumière, projeter ses émotions, ses ressentis, mais aussi sa relation avec son passé, dans différents types de prises de vues toujours axés sur le temps long, la durée et la simplicité. Les ateliers s’articulaient autour de trois procédés : le sténopé, les gravures lumineuses et le cyanotype.

Le sténopé ("ouverture étroite" en grec) évoque le principe d’un appareil à photo "primitif" fabriqué à partir d’une boîte de conserve, percée d’un trou minuscule, et dans laquelle un papier photo est introduit. La surprise vient de la découverte de l’expérience de l’empreinte lumineuse dans une chambre noire ou "camera obscura primitive". Par tous les temps, la pluie, le soleil, en hauteur, au sol, parmi les herbes ou dans les arbres, en nature morte ou en portrait, tout le monde semble d’accord pour dire que c’est une découverte, un mystère, une magie de voir se révéler ce que nous n’avons pas toujours perçu !

Les gravures lumineuses sont issues du dispositif fait d’une composition d’une nature morte associée à un éclairage seul ou à plusieurs, en étant attentif aux matières et à la quantité de lumière. Chacun peut choisir des éléments végétaux comme des écorces, des fleurs mais aussi des photos ou des objets personnels. Le tout est mis en lumière par des lampes de poche. La place de l’imaginaire est grande puisque, comme avec le sténopé, les sujets se superposent grâce à la longueur du temps de pose. La projection personnelle se réalise en composant sa propre mise en scène. Elle est enfin projetée, mise en commun et en lumière dans l’observation du résultat sur grand écran juste après la séance.

Le cyanotype, fait référence aux prémices de la photographie datant de 1841, utilisant une technique par contact sur papier sensibilisé aux sels ferriques. Les épreuves en bleu de Prusse présentent des photogrammes très graphiques. Elles font appel à l’art de la composition grâce à la collecte de matières végétales ou animales mettant en lumière ce sur quoi repose la photographie : la transparence, l’empreinte et la mémoire, comme un écho aux fondamentaux de la photographie, le soleil, le temps et l’eau. Chacun prépare sa feuille avant l’insolation participant ainsi au cadre et à la forme de l’épreuve finale, souvent sur papier aquarelle et révélée dans l’eau.

Adresse : Route de Condamine, 42230 Saint-Victor

Article précédent

Patients et soignants, sur le devant de la scène

Le 4 juillet dernier, patients, infirmières et comédiens sont montés sur scène pour leur nouveau spectacle, intitulé Antipodes Cosmiques, ou l’épopée...

Article suivant

Nos engagements patients

Les hôpitaux privés et cliniques du groupe Ramsay Santé s'engagent.